Le système universitaire aux États-Unis – les différences

Bien souvent, l’étudiant s’imagine que le système universitaire aux États-Unis est le même qu’en France. Et bien sachez que le système est très différent. Beaucoup de points divergent et il est bon de les connaître avant de commencer les longues démarches pour venir étudier. Voici ici quelques élèments importants à connaître pour ne pas se faire surprendre une fois arrivé.

CUNY Lehman College (situé dans le Bronx)

CUNY Lehman College (situé dans le Bronx)

Un système LMD tout sauf identique

En France après 3 ans d’études dans un domaine vous obtenez une licence. Ensuite vous pouvez passer un master qui durera 2 années, et enfin un doctorat. L’organisation est bien différente aux États-Unis. Pour obtenir l’équivalent de la licence, Le bachelor degree, vous devrez généralement valider 4 ans d’études. Ensuite vous pouvez un master qui durera d’un à trois ans selon l’université et la spécialité. Enfin vient le doctorat, PhD, qui dure 5 ans. Certaines formations permettent de commencer le PhD dès le bachelor. Le Master faisant alors partie intégrante du PhD.
Cette différence d’étude peut vous amener à quelques difficultés pour obtenir un diplôme si vous décidez de seulement pendant une année.

Un cycle undergraduate plus ouvert

Aux États-Unis, durant les 2 premières années du cycle undergraduate, la spécialisation est bien moindre qu’en France. Les étudiants peuvent choisir des cours en dehors du cœur de leur cursus où seulement quelques matières sont obligatoires. Ainsi un étudiant en science pourra étudier la philosophie ou l’art s’il le souhaite. Ce système facilite grandement la réorientation en cours d’étude.

Du boulot à ramener à la maison

Le nombre d’heures de cours par semaine est en général plus faible qu’en France. Comptez 12 heures hebdomadaires. Cependant la charge de travail demandé pour préparer ses heures de cours est bien plus importante. Vous pourrez avoir certaines semaines jusqu’à 100 pages à étudier pour le cours suivant. Mieux vaut ne pas procrastiner. En effet, les cours seront bien plus souvent participatifs que magistraux. Ils demanderont un investissement actif de l’élève. L’étudiant français qui n’est pas en confiance car il n’est pas à l’aise avec l’oral ou car il n’a pas étudié risque de se faire surprendre, mais pas agréablement.

Des campus qui sont de véritables villes

Fraternités, grandes étendues vertes, étudiants se dorant au soleil, voilà comment on s’imagine les campus à l’américaine. Ce n’est pas une vue si tronquée. Les campus peuvent être considérés comme des sortes de mini-villes exclusivement étudiantes, avec leurs commerces, restaurants, café, installations sportives, associations, etc. D’ailleurs la vie associative n’est pas à négliger aux États-Unis puisque celle-ci permet souvent de se créer un réseau utile lors de votre entrée dans la vie active (si vous restez aux États-Unis).

Voici ce qui peut caractériser les principaux points de divergence entre le système universitaire aux États-Unis et le système universitaire Français, mis à part le coût. En parlant de coût, si les études sont chères aux Etats-Unis, le coût de la vie l’est aussi. N’oubliez pas de jetez un coup d’œil à numbeo avant de partir pour vous faire une idée du coup de la vie.

Justin

A propos de Justin

Justin rêvasse à l'idée d'aller vivre à New York. Il potache le sujet et tente de trouver un maximum de bons plans avant de partir et afin de faciliter votre départ.

Leave a Reply